02 juillet 2008

Objectif propreté (3)

Chose promise, chose due...



Je vous avais prévenus : celui-ci fait nettement plus trash. D'un autre côté, avouez que plus 'parlant' on ne fait pas : le gosse qui voyait ça en première page de son bouquin comprenait exactement ce qu'on voulait lui dire...

Je m'y attend dès à présent, les réactions vont fuser : 'et de son point de vue, l'escargot est un animal bien propre', ' et pourquoi la SPA n'a-t-elle pas réagi à l'époque?' etc etc... Autres temps, autres moeurs!

31 commentaires:

Yvonnic a dit…

Effectivement "plus parlant, on ne fait pas". Du coup il ne reste plus grand chose à dire. C'est de l'Histoire, c'est tout. Et c'est la nôtre, individuellement et professionnellement. C'est suffisant. Ce n'est donc pas "trash". C'est notre regard actuel qui lui donne cette couleur. Autres temps, autres moeurs, tu le dis toi-mème.

Etaient-elles si claires les Heures claires de la jeunesse...?

PS; Tu ne devrais pas anticiper sur les réactions de tes lecteurs. En tous cas, moi ça me coupe les pattes d'office :-))

Anonyme a dit…

Pourquoi ce rappel à l'ordre de la propreté, alors qu'il est indiqué en haut du message "dépôt permanent" ?

nescio a dit…

@Yvonnic : je ne sais vraiment ce que c'était ces 'heures claires de la jeunesse'...un programme spécifique de la province pour aider les bib communales?
Je ne suis pas sûr que ce soit uniquement notre regard actuel qui rend cet ex-libris 'trash'...parent d'enfant en 1960, si j'avais vu que l'on comparaît les gosses à des escargots, je l'aurais p-ê trouvée saumâtre...et désolé de t'avoir coupé les pattes...
@anonyme : je suppose que l'auteur de l'ex-libris ne savait pas que le cachet 'dépôt permanent' serait apposé par la suite...

Rincevent a dit…

Trash ? Ah bon ? Moi je trouve ça gentillet, sans plus. C'est une manière amusante d'apprendre aux enfants à respecter les livres.

D'ailleurs les gamins ressemblent plus à des gorets qu'à des escargots, il serait donc surprenant que des parents s'en offusquent.

Yvonnic a dit…

Sexuellement, ça peut être assez révélateur de l'époque (en particulier chez les Belges évidemment :-).

L'escargot est dailleurs reconnu comme symbole sexuel, il présente un symbolisme sexuel par analogie: vulve, matière, mouvement, bave...
Il symbolisait d'ailleurs, chez les Aztèques, la conception, la grossesse et l'accouchement. Dans l'ex-Dahomey, il etait aussi considéré comme un réceptacle du sperme. Comme quoi...

En tous cas il n'est pas interdit de penser que le choix de l'escargot, et de sa bave, pour définir un comportement sale n'a pas été innocent ou anodin. Des quantités d'autres symboles et animaux auraient pu faire l'affaire. Donc...

Actuellement les crêmes à base de bave d'escargot font fureur chez les femmes qui ont des problèmes de peau, vergetures, acnés résistants, ridules etc...Une visite sur certains forums féminins est très revelatrice de l'ambiguité entre l'attirance vers le "ça marche" et le refus "c'est quand mème dégoutant".

C'est en ce sens, cher nescio, que je disais que les Heures Claires etc... n'étaient peut-être pas aussi claires que cela. Un discret appel du pied à nos amis freudiens. Mais l'ellipse ne me réussit pas ces derniers temps...

PS. Rien trouvé sur l'origine des "Heures claires", à part bien sûr le long poème de Verhaeren, que j'ai pu ainsi découvrir.

Yvonnic a dit…

J'ai fini par trouver quelque chose, par le biais liégeois. (C'est toujours en biaisant que je trouve le mieux, sur Internet) :

"En 1948, les responsables de la Province de Liège (l'équivalent d'un département français, au niveau administratif) décidèrent d'adjoindre à la Bibliothèque provinciale une section réservée aux enfants; Ils étaient motivés par l'exemple des "Heures joyeuses" qui virent le jour, principalement en France, après la première Guerre mondiale. Les enfants étaient invités à assister à des séances d'animation, mieux connues sous le nom d'"Heure du Conte", et avaient à leur disposition cinq à six mille ouvrages qu'ils pouvaient emprunter. La littérature pour la jeunesse, à cette époque, se résumait aux classiques dont l'école prônait la lecture et à un nombre important d'ouvrages instructifs. Fruit de la collaboration entre la bibliothèque publique et l'école,son but principal était l'apprentissage de la lecture et la lutte contre l'illettrisme."

J'ai foncé illico à "Heures joyeuses". Effectivement l'Heure joyeuse est le nom d'un ensemble de bibliothèques (et actuellement encore c'est le nom de la bibliothèque d'origine, à Paris, Quartier Latin), où l'on voit justement l'initiative belge, bien avant 1948 : "La bibliothèque de l’Heure Joyeuse, créée en 1924 à Paris, fut la première véritable bibliothèque pour enfants en France. Cette démarche est alors issue du contexte historique et pédagogique et de l’état de l’édition pour enfants. Elle a tout d’abord été instaurée en Belgique à partir de 1920, puis en France avec l’aide de l’association américaine Book Committee on Children’s Libraries et sa volonté d’offrir le livre aux adultes et aux enfants.
L’objectif premier était de fonder un lieu pour les enfants, hors de l’école, et aux usages différents."

D’autres bibliothèques de l’Heure joyeuse se construisent ensuite, notamment à Belfort (1934), la Rochelle, Toulouse, ou Versailles (1935). Il n’existe cependant pas de réseau de l’Heure Joyeuse ; il s’agit davantage d’une communauté de pensée.L'Heure Joyeuse formera d'ailleurs des stagiaires qui fonderont La Joie par les livres, bibliothèque destinée aux enfants, inaugurée à Clamart, en 1965.

La mise en place de cette initiative en Belgique comme à Paris entrait dans le cadre des programmes d’aides à la reconstruction des pays, menés à la fin de la première guerre mondiale.Il faut dire que tout ça existait aux Etats-Unis depuis 1880...

Il y aurait sans doute des réponses dans les numéros d'époque de la revue belge "Lectures" et dans la revue suisse romande "Paroles".J'ai pas.

Nous progressons donc. Mais la question de fonds reste : Que s'est-il donc passé, bordel de merde, entre 1920 et 1948 dans cette foutue Province de Liège, pour qu'on passe de l'Heure joyeuse aux Heures claires comme on passe du fromage au dessert ?

Normalement, rien, me diront les sceptiques en arguant que 28 ans, en Belgique, c'est évidemment trop court pour quoi que ce soit. Je sais bien, mais quand mème...

Je continue donc mes recherches. Et comme disent les feignants sur les forums,envoyez-moi vos trucs si que vous en avez, je ferai une synthèse...

PS. J'étais en 1960 un petit garçon sale, bavocheux et (dejà) irrespectueux de tout (surtout de la bibliothèque paroissiale attenante au dispensaire, les deux étant tenus par des bonnes soeurs), et je confirme donc l'opinion de Rincevent : goret . Je précise que mes parents étaient tout de mème très fiers de leur petit escargot.

Anonyme a dit…

@Yvonnic. Juste un commentaire sur un passage de votre commentaire : "Il faut dire que tout ça existait aux Etats-Unis depuis 1880..."
Il faut toujours qu'on (vous, la profession) établisse cette comparaison. Comme si, en matière de lecture publique, la précocité était une vertu en soi. Aux américanophiles, on pourrait demander "d'évaluer" (encore un tic adopté des EU avec empressement par les bigots de la modernisation) le résultat de la modernité américaine du point de vue des valeurs défendues par les gens du métier :
Les Américains ont beau avoir un réseau étendu de bibliothèques ; celles-ci ont beau être à la pointe de l'évolution technique ; être ouvertes 24h/24h, avoir un "taux de pénétration" aussi impressionnant que le PNB du pays, etc., etc. : ne sont-ils pas l'un des peuples les plus ignares de la planète ? Leur démocratie en remontre-t-elle aux autres nations ? Les citoyens ne viennent-ils pas d'élire coup sur coup un crétin patenté à la tête de leur pays ? La culture américaine, c'est quoi pour un Américain moyen (celui qui est censé fréquenter les great libraries) : Lasch, le jazz, Dos Passos ou MacDonald, les blockbusters et Mickeyland ?

nescio a dit…

@Yvonnic : entre et 1920 et 1948, il y a 1921 : première loi belge concernant la lecture publique, très justement connue sous l'appelation 'loi 21' ou 'loi Destrée', du nom de son initiateur, Jules Destrée, homme politique et écrivain socialiste...Avant cette loi, pas de subsides publics pour les bibliothèques...A partit de 21, reconnaissance et subsidiation de bibliothèques qui ne dépendaient pas de monsieur le curé.

Yvonnic a dit…

@ nescio. Merci pour Jules Destrée. Je note au passage qu'il était Ministre des Sciences et des Arts. Pas de la Culture. Ailleurs j'ai trouvé Ministre de l’Education et des Beaux-Arts. Pas de la Culture. J'aime bien . Par contre ce qui m'a scotché c'est d'apprendre que cette loi imposait aux communes de créer une bibliothèque publique au service de leurs citoyens. Et que ça a duré jusqu'en 1978 ! Alors que nous, les donneurs de leçons, on réclame une loi sur les bibliothèques depuis la nuit des temps et qu'elles restent pour l'instant le fait du bon vouloir du prince ! Les Belges précurseurs. Encore mieux, ils avaient reglé la question des heures d'ouverture qui nous déchire tant : Un nombre d’heures d’ouverture était imposé aux bibliothèques, selon l’importance de celles-ci. Est-ce que ça n'est pas finalement la meilleure solution ?
Décidément, vive la centralisation, l'Etat providence et le Roi des Belges.

@ anonyme. Justement en parlant de Roi des Belges (qui n'est pas élu, lui)je me permets de faire remarquer au grand démocrate que vous êtes qu'il n'y a pas qu'eux qui élisent des "crétins patentés" à leur tête. Notre pays est dirigé actuellement par un être inculte. Et son adversaire l'était tout autant. C'est la première fois dans notre histoire, à ce niveau de responsabilité. Nous entrons dans l'Ere des présidents incultes.

Plus sérieusement, je ne crois pas que le peuple américain puisse être réduit à ce que vous dites. Je l'ai cru aussi. C'est une autre façon d'être, où la culture n'est pas aussi livresque que chez nous, pas aussi ancrée sur l'humanisme. Et ils n'ont presque pas d'histoire à eux. Ils ont fui la nôtre, en bateau. Du coup notre histoire ne les interesse pas beaucoup. La leur si. Quelqu'un m'a dit un jour, si tu veux comprendre quelque chose aux Américains sans te bouger le cul, puisque t'es bibliothécaire, lis Harrison(Jim) et Ellroy. Autrement t'as aucune chance... Et il avait raison. Les americains c'est le mélange des deux mondes qu'ils nous décrivent .

Personnellement ça ne m'attire pas, mais je crois qu'il faut peut-être savoir dépasser l'image du gros mickey sortant du MacDo pour s'affaler devant du base-ball. Relisez légendes d'automne, trois histoires, trois violences, autant d'Amériques que de racines. Quant au Los Angeles d'Ellroy, il existe. C'est un condensé des pathologies de notre monde urbain.

Le mec qui m'a dit ça, c'était un routard. Il revenait des States et il me parlait d'eux.

C'est pour ça que je l'ai écouté.

Anonyme a dit…

Pour bien comprendre les Etats-Unis, il faut observer attentivement les symboles sur le billet d'un dollar. Pas vrai, frère Yvonnic ?

Entre parenthèses, très belle planche sur le symbolisme de l'escargot.

Zorn le Loup-Garou

Yvonnic a dit…

Je sais, cher docteur, c'est bourré de symboles maçoniques. Et après ? George Washington était franc-maçon. C'est de l'Histoire, pas autre chose. L'Amérique intitutionnelle et historique ne définit pas pour autant les Américains ! Accepteriez-vous d'être réduit aux yeux du monde au misérable symbolisme copier-coller de l'euro, tout aussi maçonnique d'inspiration (ponts, portes, fenêtres et la tête de lion symbole antechristique bien connu, et autres étoiles, notamment sur le billet de 10, je crois), l'histoire en moins ?

Le complot mondial,ils sont partout, ils nous guettent, ils nous manipulent, ils sont sous mon lit la nuit, oui, je sais, le Maréchal disait ça aussi...

On se calme, c'est l'heure de votre piqure docteur Zorn. Comptez les moutons, docteur, Nestlé, Unilever, Pomona, Danone, Loréal...

Anonyme a dit…

Cher Yvonnic, j'ai horreur qu'on se serre la main dans mon dos et j'ai horreur d'être pris pour un con par des lâches qui se planquent derrière leurs colonnes kitsch.

Un complot ? Mais ce serait leur prêter une intelligence qu'ils n'ont pas. Il n'y a pas de complot, il n'y a que des magouilles mais ce sont toujours les mêmes qui en font les frais. Raison de plus pour ôter le bandeau et ouvrir les yeux.

Cela étant, rassurez-vous, je ne confonds pas le peuple avec ses sinistres z'élites z'initiées. D'ailleurs, dès qu'on me parle d'élite, je sais que j'ai affaire à un malfaisant.

Enfin, si vous croyez que mon truc, ce sont les piqûres, je vous renvoie à vos petites fiches du général André. Chacun son hobby.

Zorn le Profanateur

Yvonnic a dit…

Très très mauvais exemple, et qui en dit long sur vos opinions personnelles ! Le général André était un vrai laïque, républicain, quasiment militant, à une époque où ce n'était pas si fréquent, surtout dans une armée qui sortait à peine du Second Empire et de comportements plus que douteux dans l'Affaire Dreyfus ! C'était un voltairien , libre penseur,
anticonservateur, positiviste,
qui voulait républicaniser et démocratiser l'armée. Pour cela il ne pouvait évidemment pas compter sur elle, ni sur ses services de renseignements, réfléchissez deux minutes !

Il est donc normal, dans le contexte de l'époque, qu'il se soit appuyé sur les loges, très républicaines (et efficaces), pour lui fournir des fiches de renseignements sur les opinions religieuses et politiques de ses officiers et du personnel de son ministère. A sa place, j'en aurais fait autant, pour assainir une armée pourrie d'aristocrates cléricaux, antisémites et bonapartistes !

Quant à la fameuse affaire des
"fiches", c'est tout simplement
un employé véreux du Grand Orient qui avait vendu une ou deux fiches à un député nationaliste tout aussi pourri ! Le genre d'affaire minable qui, de nos jours encore, est facile à monter en épingle, pour faire chuter des gens gênants (dont Emile Combes, comme par hasard , grand épurateur laïque de l'administration, magistrature, armée et compagnie)

André, comme Combes, ont été attaqués par les catholiques, les nationalistes, puis mème les socialistes...et les francs-maçons eux-mèmes ! Dailleurs le général André a été remplacé par un député franc-maçon !

Avec eux s'en allait définitivement la seule vraie entreprise valable de déchristianisation que nous ayons connue. Toujours pas achevée...

Alors vive le Général André et ses fiches !

Je ne vous demande pas de quel côté vous auriez été à l'époque, monsieur Zorn, ce serait manquer de sens historique, mais vu vos propos, il est probable que vous auriez bêlé avec une opinion manipulée, contre le manque de "vertu" des méthodes immorales du général !

C'est quand mème confondant que ce soit à des gens comme vous qu'on doive apprendre que la fin justifie parfois les moyens, surtout dans ces domaines, et d'autre part de se méfier des médias, des "affaires" et de ceux qui écrivent l'Histoire comme on rédige un bréviaire.

Les pratiques vertueuses, c'est comme la bave moralisatrice, chrétienne et educative de l'escargot , il y a des fois où il faut savoir se les mettre quelque part.

ça me rappelle l'affaire des Rosenberg dans les années cinquante. Ethel et Julius, exécutés pour espionnage au profit des soviétiques. Des milliers d'intellectuels, français et autres, s'étaient mobilisés (Les Rosenberg ne doivent pas mourir avait écrit Alain Decaux dans un bouquin celèbre, une pièce je crois). Manque de pôt, après la chute du Mur, dans les années 90, on a prouvé qu'ils étaient bien un couple d'espions, des agents de liaison qui émargeaient au budget du KGB et qu'ils avaient joué un rôle dans la collecte de secrets atomiques. Mais ça a fait deux lignes dans le journal ! Cela ne justifie evidemment pas les horreurs du maccarthisme, mais ça prouve beaucoup de choses sur la manipulation des foules par leurs propres élites !

Alors au boulot, Colonel Zorn !

Yvonnic, épurateur des déchets masqués de l'éternelle curaille

Anonyme a dit…

Très mauvais exemple ? Ah, la mauvaise foi des frères... Vous ne changerez décidément jamais. Quand vous nous sortez ce genre de réflexion, la vérité n'est plus très loin.

Et en effet... Que nous avouez-vous enfin au détour d'une phrase : parfois la fin justifie les moyens. Quelles fins sinon les vôtres et aux dépens de qui, sinon de ces imbéciles de profanes, bien sûr. Quand vos sales petits dossiers tombent entre les pattes des frères Bush ou Pinochet, on devine la suite. D'autant que votre fraternité est, paraît-il, bien représentée parmi les commissaires de police. Des anarchistes aussi, je suppose.

Maintenant, libre à vous d'invoquer la démocratie, la laïcité, la lutte contre le communisme, contre la bébête immonde ou n'importe quel autre trompe-l'oeil pour couvrir vos intérêts personnels et votre soif de pouvoir.

Votre laïcité (ou plutôt votre laïcratie) vous l'avez imposée par la force et par la violence à la population française qui à l'époque était majoritairement catholique, cf. "Quand les catholiques étaient hors la loi" de Jean Sévillia. Toutefois, à mon avis, vous ne renouvellerez pas cet exploit avec les nouvelles religions que votre merveilleuse "société multiculturelle" nous a apporté... à moins d'une guerre civile. Mais c'est peut-être le but : diviser pour mieux régner.

Ensuite, votre laïcité, il est permis d'en rire : le flambeau à la place du crucifix. Votre laïcité n'est qu'une religion qui n'ose pas s'avouer, la religion d'une secte qui se croit tout permis parce qu'elle a tout acheté, tout corrompu : de la justice (quelle justice?) aux médias... sans oublier la culture que vous instrumentalisez, que vous censurez pour endormir la population et pour promouvoir les détritus artistiques de vos petits copains dont personne ne parlerait autrement.

Mes opinions ? Ah, je l'attendais aussi celle-là. Personnellement, je me fiche du Vatican comme des autres illuminés hypocrites. Pour nous autres, loups-garous, vous êtes tous les mêmes : des manipulateurs qui se planquent en envoyant les ploucs au casse-pipe.

Seulement voilà, tout le monde ne dort pas. Mes yeux sont ouverts, Yvonnic et je ne suis pas le gaga paranoïaque que vous essayez de faire croire. Il n'y a pas de paranoïaque, il n'y a que celui qui sait enfin ce que les autres ne voulaient pas qu'ils sachent.

C'est bien tout le problème !

Zorn l'athée stupide

Anonyme a dit…

"Tu t'es vu quand tu as Gadlu ?"

Oui parce que, votre anticléricalisme, il commence à dater un peu aussi. Des catholiques, il n'y en a plus des masses. Facile de s'acharner sur le cadavre de leur Dieu. D'ailleurs, attendez encore un peu et je vous garantis que vous allez les regretter, les curés.

Il n'y a pas de paranoïaque, il n'y a que celui qui sait enfin ce que les autres ne voulaient pas qu'il sache.

Déjà dit mais ça me fait plaisir.

Z.

Anonyme a dit…

Et d'ailleurs, ne me faites pas rire avec votre couplet anticlérical. Quel pipeau ! Vous vous retrouvez tous dans les loges : patrons, Opus Dei et compagnie. Et je le sais *de l'aveu même de vos frères!*

Eh oui, entre initiés, on finit toujours par se retrouver. En revanche, Toto le Profane, il a intérêt à avoir la bonne carte de parti dans la bonne commune et à ne pas trop la ramener, sinon... il pourrait lui arriver des bricoles. Hop, ton emploi saute. Hop, ton diplôme n'a pas exactement la même valeur que les autres. Hop, tes allocations de chômage sautent aussi. Et si tu continues, tu finis en zonzon ou en H.P. Non, il n'y a pas qu'en URSS que ça arrive!

"Démocratie"... Je me marre. Démocratie populaire, alors.

Zorn

Yvonnic a dit…

Vous devenez décevant en nous débitant tout seul vos zornettes. Ce n'est pas moi qui fait référence au HP, c'est vous. Je ne vous répondrai donc pas sur le fond, puisque vous l'ignorez naturellement dans votre réponse qui se complait dans l'invective facile. Et je persiste : le general André n'était pas ce que vous dites et vous travestissez la vérité parce que cela vous arrange, tout comme ses détracteurs le firent à l'époque! C'était cela le fond de mon intervention. Le reste est de l'habillage de conversation de comptoir.

Simplement je constate que, comme beaucoup de nos contemporains, vous décontextualisez à outrance les choses. Du coup cela n'a plus de sens. Bien evidemment que le laïcisme militant et brutal du début du siècle n'aurait plus aucun sens de nos jours. Mais dans le contexte de l'époque c'était sans doute la seule attitude possible pour sortir de certaines pesanteurs sociales. Les finalités de l'époque justifiaient les moyens de l'époque. C'est bête comme chou, un gamin comprendrait, mais vous préférez partir dans des diatribes insensées et des accusations personnelles mélangeant toutes causes et époques,ce qui perd tout sens. Je me suis fait le défenseur du Général André comme quelqu'un de lucide aurait aurait pu le faire à l'époque, (mais tout le monde n'a pas eu son Zola pour le défendre), c'est amusant, commode pour une démonstration et, comme dit l'autre ça n'engage à rien.

Je suis laïque comme tout le monde, si je puis dire, sans passion particulière, un laïque mou, et c'est mon affaire.

Ce que notre époque a fait de la laïcité n'est probablement pas plus brillant que ce que le Vatican fait en canonisant le fondateur de l'Opus Dei. Mais c'est l'Histoire qui jugera, pas vous ni moi. Elle renvoie en général les fanatismes dos à dos. Je ne sais si nous regretterons les curés ou les laïcs. Nostalgie sans intérêt. Cette lutte et cette dualité ont vécu ,de toutes façons. Le monde que nous évoquons à travers curés, laïcs, Opus Dei, maçons, Vatican, luttes anciennes et idéologies qui émaillèrent deux mille ans de christianisme, est un monde fini, recouvert de poussière.

Il se pourrait bien que nous allions vers d'autres choses. Vers ce qui effraie le plus à la fois l'Eglise et les Laïcs. Notre minuscule civilisation qui commence à mesurer sa fragilité , pourrait bien promouvoir "face à l'urgence" l'avènement d'un paganisme nouveau qui ne vous plaira peut-être pas plus qu'à moi. Mais ces choses là sont en marche. Et vous le savez. C'est un monde où l'on ne tendra pas l'autre joue. Où laisser sa place à la vieille dame dans l'autobus n'aura plus aucun sens. Un monde sans profanateurs ni blasphèmes car plus d'objet. A la place, le néo-paganisme.

Croyez-vous qu'il aurait été possible de faire comprendre aux Grecs anciens que l'esclavage, c'était "pas bien" ? Non bien sûr. Le "péché" n'existait pas.

Bon, je sens que vous allez pouvoir m'ajouter une étiquette sur la casquette...

Je vous soupçonne parfois d'être un romantique, professeur Zornibus. Et un idéaliste, par-dessus le marché. Rien de plus petit-bourgeois que l'idéalisme...

Anonyme a dit…

Tout d'abord, Yvonnic, n'écorchez pas mon nom de guerre s'il vous plaît. Vous me qualifiez d'olibrius parce que mes assertions vous dérangent, parce qu'elles sont vraies ! Encore une fois, je connais vos stratégies.

Ensuite, vous ne manquez pas de toupet en me taxant de petit-bourgeois. Je vous ferais remarquer que parmi les initiés, on ne trouve pas beaucoup d'ouvriers, ni de prolétaires. D'autre part, Toto le Profane que je suis ne bénéficie pas de cotisations supplémentaires, ni des privilèges de votre "hyperclasse". Et quand je vois qui fréquente vos loges, excusez-moi... mais ce ne sont pas exactement des gagne-petits. Des anarchistes? Ouais, style Léo Ferré qui vivait à Monaco pour payer moins d'impôts. Il n'y a que des gens de pouvoir chez vous et le pouvoir quel qu'il soit, il me débecte, surtout quand il se cache.

Vous me parlez de contexte historique, je vous parle de constantes comportementales. Ensuite, votre "contextualisation", elle fonctionne à géométrie variable. Chacun récrit l'histoire en fonction des intérêts de sa classe, de son peuple, etc. Un gosse le comprendrait, d'autres font un an de prison, je me comprends. En tout cas, la vérité est et reste que nous sommes dirigés par des forces occultes et pas uniquement par le Grand Orient.

Ensuite, les néo-païens me font bien moins peur que d'autres religions hégémoniques. Odin c'est le dieu de mes ancêtres, Allah pas. Ensuite, ce que vous me dites du néo-paganisme m'a l'air vague aussi. Vous êtes certain de connaître ce milieu ? Il faut dire que les groupes de pression hûûûmanistes font du bon boulot pour menacer, pour censurer et pour interdire certaines ouvrages. Essayez de trouver du Alain de Benoist en bibliothèque communale, je vous garantis qu'on va rigoler. Je ne parle même pas du reste. Les pavés volent bas dans certaines vitrines de librairie en Wallonie. Un Etat de droit, mon oeil !

Encore une fois, je note que les z'initiés nous interdisent certaines lectures pour mieux *se les autoriser*. Nous les profanes, nous sommes trop cons pour nous faire une idée par nous-mêmes, évidemment.

Ah, vous me trouvez décevant mais il n'y a d'initiation qu'à la déception cher Yvonnic. Pas besoin de monter au 33e degré pour le savoir.

Je mehr Feinde, je mehr Ehre !

Zorn

Yvonnic a dit…

Merci de cette réponse. J'avais du mal à vous situer, mais désormais c'est fait. Vous avez mordu à l'hameçon grossier du neo-paganisme (auquel je ne connais pas grand-chose, c'est exact, mais je ne savais plus trop où amorcer...). Touché ! l'hybride Zornithorinque révèle ses sources. Vous êtes bien un romantique. Les néo-païens ne vous font pas peur, Odin est votre Dieu, et Alain de Benoist votre référence. La messe est dite.

Ce subtil penseur de la nouvelle droite, du GRECE (Groupement de Recherche et d'Études pour la Civilisation Européenne ),et directeur de la revue Eléments, qui soutenait le FN dans les années 80, défendait une certaine idée de l'Europe ensuite et surfe maintenant sur la vague écolo avec la notion de décroissance. Un joli monsieur qui bénéficie de l'aura du penseur "seul contre tous" (désolé pour l'image de marque du banni, mais il est très facile de se procurer ses livres!),ratisse très large chez les intellos en manque de philosophes, en substituant par exemple habilement la notion de "différence" à celle d'égalité. (Ben tiens...un bon moyen pour banaliser les préjugés raciaux, appeler à une Europe des ethnies et autres foutaises dont il s'est fait un ardent propagandiste dans les années 80)

Bref un gros malin, très intelligent,à la mode, habile dénonciateur des "ravages de la modernité" et chef de file des prophètes qui nous proposent de "sauver notre monde qui court à sa perte". Un vrai philosophe engagé mais qui avance masqué . Le nouveau Guy Debord, disent mème certains amateurs de rupture à deux balles !

Il me fait penser à Tariq Ramadan, pas au niveau des idées bien sûr, mais au niveau de la séduction qu'il exerce sur certains. Dont vous, sans doute.

Il n'est pourtant pas tout neuf, le bonhomme! Au moins trente ans qu'il officie, je le croyais mort. Je me souviens d'une de ses préfaces d'un bouquin de l'infâme Le Vigan à la fin des années 70 et d'un article d'une revue littéraire de la mème époque intitulée "La droite recommence-t-elle à penser " où on retrouvait des signatures éloquentes comme Michel de Saint Pierre, Jean-François Chiappe (!),Bardèche, et mème Jean Markale,"le druide casqué botté" comme on disait à l'époque pour déconner. Je me souviens que c'était l'époque où Pauwels et Bergier faisaient un malheur avec Le Matin des magiciens et la revue Planète. Je le sais d'autant mieux que je m'y suis laissé très largement prendre à l'époque, je n'ai pas honte de le reconnaître. Je me suis mème vautré là-dedans, disons-le ! Sachons d'où nous venons, après tout.

Vous êtes peut-être un peu jeune, monsieur Zorn, finalement. Vous en reviendrez sans doute un jour, du chant des sirènes, de la blancheur des neiges scandinaves et autres odinismes tentateurs. Notre époque est pleine de pélerins qui, revenant déçus de Compostelle, s'avancent vers Stonehenge le regard plein d'espoir...

Excusez d'avoir écorché votre "nom de guerre" Maître Zorn, vous en aurez effectivement besoin pour sortir des zornières où vous êtes tombé. Inutile de dire où vous publiez, on s'en doute !

C'est bête, j'aurais préféré un vrai anar, c'est plus exotique, plus pur quelque part, mais il a fallu que je tombe sur un banal héritier du Club de l'Horloge. Pas de pôt!

Anonyme a dit…

Du calme, cher Yvonnic.

D'abord, je lis ce que je veux et je pense ce que je veux, n'en déplaise à mes bien-aimées collègues, n'en déplaise surtout à votre police de la pensée grassement financée aux frais du contribuable.

Quant à ce que je publie, j'ai certainement moins d'appuis et de relais dans la presse que vos frères. Cela étant, vous pourriez avoir des surprises sur les origines et les orientations politiques de mon éditeur, très modeste au demeurant.

Oui, il m'arrive de lire la Nouvelle droite. So what ? Ca prouve quoi? En fait, à malin, malin et demi. Je me suis fait un *plaisir* de mettre les Doc Martens dans le plat que vous me tendiez : j'adore qu'on me fasse le coup de la bébête immonde, surtout des z'humanistes bien-pensants de votre trempe.

Encore une fois : pas d'hypocrisie, ça ne prend pas avec moi! Vos frères sont les premiers à lire ce qu'ils veulent interdire aux profanes au nom de leur démocratie d'apparence. La preuve : vous connaissez drôlement bien ce milieu, dites. Pour un dégoûté de la droite, vous faites fort !

En fait, vous détestez les curés parce que vous avez pris leur place : vous êtes les nouveaux inquisiteurs. Et en plus, vous n'hésitez pas à employer la violence et la diffamation pour faire taire tous ceux qui vous gênent. Le vernis de l'humilité et de l'humanisme se craquelle tout doucement.

Avec la "bébête immonde", vous nous faites le coup du quart d'heure de haine, comme dans 1984. Tout le monde se met à gueuler contre le monstre de la télé et à la fin, on s'aperçoit que le monstre n'est qu'un épouvantail dressé par le pouvoir. Sans Le Pen, je me demande ce que ce faux-jeton de Philippe Val et les pétomanes de Charlie Bobo auraient écrit.

Et arrêtez de nous parler des anarchistes ! Les vrais anarchistes auraient été les premiers à envoyer paître le politiquement correct. Et eux aussi, en leur temps, ils ont bien démonté les mensonges de l'humanisme. Ensuite, pourquoi un anarchiste devrait-il être de gauche? L'anarchie, quand elle devient prévisible, n'est plus l'anarchie mais du spectacle, cf. le minable entarteur Godin et les autres bouffons du roi.

Pour en revenir sur De Benoist, oui, c'est un penseur intéressant, bien loin des clichés que vous véhiculez. D'ailleurs, j'ai été le premier à gober tous ces bobards avant de me rendre compte de la supercherie.

Très facile de se procurer ses livres ? Pour vous, je n'en doute pas. En revanche, un autre risquerait de prendre un pavé dans la tronche, de la part de "démocrates" qui commémorent la Nuit de cristal en caillassant les librairies qui leur déplaisent. Si, si, ça s'est passé dans une ville près de chez nous!

Eh oui ! Bizarrement, il y a certains livres qui sont en vente libre mais si jamais vous êtes libraire et que vous les proposez au public, la police de la pensée pratique du "harcèlement démocratique" à votre égard. Normalement, le harcèlement est puni par la loi, mais pas celui-là! Et bizarrement, les mêmes personnes qui condamnent les violences faites aux femmes sont les premiers à les menacer quand ça les arrange. Et si ça ne suffit pas, on fait signer des pétitions par des gosses de primaire, plus manipulables. Sans parler des circulaires ministérielles que reçoivent les bibliothèques publiques pour interdire de mettre en rayon tel ou tel livre, des fois qu'il donne de mauvaises idées aux électeurs, hein! Sans parler non plus de tous ceux qu'on jette en prison, simplement parce qu'ils ont publié des livres!

Oui, oui... Tout ça se passe dans l'Europe de la "libre pensée", dans l'indifférence totale des médias et des ligues droits-de-l'hommistes.

Pas de doute, Yvonnic. Nous sommes en démocratie !

Zorn

Anonyme a dit…

Et arrêtez d'insinuer que je cherche vainement l'originalité. Vous me prenez pour un imbécile d'animateur ou quoi ?

Je n'en ai rien à cirer d'être banal, décevant, petit-bourgeois selon vos critères parce que vos critères ne sont pas les miens, justement. Désolé, on ne me la fait plus : je sais qui est *vraiment* dans le collimateur du système. Suffit de voir qui reçoit les coups de pelle et qui tient le manche! Mais ça, ça ne passe pas à la télé.

Z.

Yvonnic a dit…

Désolé, mais ça ne prend plus. Le charme est rompu, Merlin l’entourloupeur. A relire la plupart de vos commentaires sur ce blog, avec la grille d'analyse Nouvelle Droite, on comprend mieux vos rejets brutaux de la démocratie, de l'humanisme, de la république,des valeurs sociales, de la laïcité, des curés, des maçons, de tout en gros. Au début ça dépayse, surtout les grands naïfs dans mon genre. Et puis la petite musique finit par vous rappeler quelque chose...

Ceci dit, comme vous le signalez très bien, j'en connais effectivement un bout sur la "droite pensante". Logique. Quand on s'est fait enc... une fois, on devient très précautionneux vis à vis des marchands de lubrifiants. On lit bien les petites lignes en bas de la notice. Les contre-indications, les effets indésirables, vous savez ?

Vous avez une prose d’effet indésirable, Zornicar .

MaisouetetdoncZornicar ?
Il a pris le bus...

Vos couplets sur la bébête immonde (que vous servez avant qu’on ne vous les serve, c’est habile) sont bien connus. Les penseurs de droite se sont toujours hautement désolidarisés des Le Pen et des foules poujadistes et alcoolisées de crânes rasés qui les accompagnent, accréditant ainsi l'idée que le danger c'ést eux, ces bouffons extrémistes. Alors qu'ils ne sont que la façade commode offerte en pâture aux médias, comme vos briseurs de vitrine sans doute. Les vrais idéologues de la Droite peuvent ainsi oeuvrer dans l'ombre, publier, passer pour des gens aussi respectables que les autres (De Benoist est même passé à la télé récemment, je crois en février, dans une émission de bonne tenue sur FR3. Je ne l'ai pas vue ). Mais ils sont infiniment plus dangereux, par période. C'est le cas actuellement, quand tout le monde est prêt, dans le grand vide idéologique qui s'est installé, à se tourner avec complaisance vers des paysages qui peuvent paraître nouveaux. Période propice où des paumés activistes habituellement aussi inoffensifs que répétitifs (depuis Maurras, au fond...) deviennent de petits diablotins à surveiller de près. Il n'y a pas que la nature qui ait horreur du vide. La pensée aussi. Ceci dit, ce vide, c'est nous qui l'avons créé, il faut le reconnaître. A nous de faire en sorte que ce ne soit pas des gens comme vous qui le remplissent. C'est tout.

"Suffit de voir qui reçoit les coups de pelle et qui tient le manche". On se croirait dans un nouveau couplet ouvrieriste de l'Internationale. Quel simplisme ! Vous croyez donc vraiment à votre histoire de manche et de pelle ? les "victimes du système" désigneraient donc d'office de quel côté sont les "bons" ? Vous vous croyez dans un western,avec des bon et des méchants, John Zorning ? Vous pourriez avoir des surprises. Au début du western, les méchants c'étaient les indiens. Après ça a changé. Au fond, ils sont devenus bons quand ils n'existaient plus...La roue tourne et le manche change de mains en permanence, monsieur Zornfeld. Faites vos jeux...

Si vous voulez être honnête, plutôt que de vous complaire dans un zornanisme mélassier d' invectives ou de dénégations victimaires, donnez-nous du substantiel,comme dirait nescio. Votre avis nous interesse, mais sur des sujets précis : votre conception de l'égalité entre les êtres, l'Europe ethnique, la notion de progrès dans les cultures africaines, les juifs (c'est vrai ça, vous n'en parlez jamais..), l'Occident etc...nous serons vite fixés,moi et "mes frères",(Les orphelins détestent les familles nombreuses, mais c'est eux qui en créent le plus parait-il).

Je vous dépisterai mème à travers une recette de cuisine ou un conte pour enfants!

"On ne me la fait plus" dites-vous. Moi non plus, figurez-vous. Et j'ai probablement eu au moins un bon quart de siècle de plus que vous pour y penser. C'est toujours ça que les extrémistes belges n’auront pas!

Au fait, désolé d'apprendre que la démocratie belge est à feu et à sang. A vous lire on croirait qu'il y a des autodafés plein les rues. Encore des victimes à exhiber à la face des démocrates, c'est ça ? A moins qu'un petit commerçant de quartier flamand ne se soit ramassé le pavé d'un alcoolo wallon un soir de cuite. Ou le contraire. On ne sait pas. C'est tout le mystère de l'information, ça...

Je termine vite fait sur une bien bonne, parce que ce soir je me couche tôt : vous connaissez la différence entre un fait divers et une information ? Quand un chien mord un type, c'est un fait divers. Quand un type mord un chien, c'est de l'info. Maintenant vous savez ce qu'il faut faire pour être crédible....

Salut Zornglub

Anonyme a dit…

Chère tante Yvonne,

Je vous réponds vite parce que mon panzer est garé en double file.

Quand je vais chez les humanistes, je coiffe mon casque à pointe pour les exciter, c'est plus fort que moi et ça marche à tout les coups. Vous êtes prêts ? Attention, éloignez les gosses.

Oui, je porte un uniforme noir, des bottes et un nom allemand. Oui, je suis une bête immonde, un monstre couvert de poils avec des griffes et je coupe les mains des petits n'enfants pour les manger en choucroute après... meuh non, hein! Nous sommes tous des schizophrènes allemands. Pas de chance pour vous: je n'ai jamais voté à droite de ma vie.

D'ailleurs, je ne vote pas : la démocratie c'est bon pour ceux qui y croient et surtout pour ceux qui tirent les ficelles. Dans certaines communes, l'administration claironnait déjà partout le nom du futur bourgmestre un an *avant* les élections. Ici, c'est de père en fils. Ca sent la révolution.

Mon avis vous intéresse ? Allons donc, je vous cite : " Je vous dépisterai même à travers une recette de cuisine ou un conte pour enfants." Vous êtes un pur stalinien, vous. Et vous voulez déjà m'empriZORNer dans votre grille de lecture. Encore une fois, si j'étais un initié, vous me feriez de gros bisous. Et en parlant de papouilles... Ooh vous vous êtes déjà fait "enc--" une fois? Et depuis, vous avez compris que c'était mal! Seriez pas un droitiste honteux, vous ? Au fait, Bruno Mégret, c'était pas un frère aussi. Ah, ils sont décidément partout... à commencer par chez vous, camarade.

La démocratie belge à feu et à sang? Meuh non, c'était juste une descente de la police de la pensée. Juste quelques noms qui disparaissaient dans un trou de mémoire.

Salutations Trois Etoiles

Zorn

Anonyme a dit…

Et encore un autre truc qui me démange depuis le début : vous avez déclaré quelque part sur ce blog que le journal d'Anne Frank était un faux...

C'est un argument de négationniste, cher Yvonnic. De Faurisson, pour être précis. Alors, avant de dégueuler sur mes Doc Martens en me traitant de je-ne-sais-quoi, n'oubliez pas de sonder tous les recoins de votre âme dans le cabinet de réflexion. On est toujours le facho d'un autre, hein!

Cela étant, je l'ai déjà dit : moi, je m'en fous, je ne fais pas de morale, je ne manie pas les ciseaux d'Anastasie parce que, de toute manière, je ne m'intéresse pas assez aux gens pour leur souhaiter du bien ou du mal, ou pour leur tripoter le cerveau.

Mais les censeurs du CAL et d'ailleurs, qu'ils aillent tous se faire encAler. Parce que je lirai ce que je veux et j'en penserai ce que je veux.

Zorn le Voyageur solitaire du néant.

Yvonnic a dit…

"je n'ai jamais voté à droite de ma vie." Evidemment, rigolo, quand ils voient les épouvantails à moineaux (Mégret!!)qui se présentent au nom de la droite, les vrais fachos s'abstiennent! Ils préfèrent continuer à "penser" .(il paraitrait mème que certains votent pour les groupuscules d'extrème gauche,c'est très révélateur, mais faut pas le dire...).

Dailleurs vous vous prenez les pieds dans la moquette puisque vous ajoutez " Dailleurs, je ne vote pas". Faudrait savoir.

Moi non plus, figurez-vous. Et je suis logique jusqu'au bout puisque je ne suis meme pas inscrit sur les listes électorales, pas de carte, rien. Je le ferai peut-être quand ils reconnaîtront le vote blanc, et c'est pas demain la veille (ça a existé chez nous, et ça a été supprimé par un grand démocrate, Napoléon III !)

(Au fait, sérieusement, c'est pas interdit en Belgique, il m'a semblé lire ça un jour quelque part, que si on va pas voter on est passible d'une peine quelconque ? )

Le Journal d'Anne Frank est sans doute un faux. Un joli faux vertueux comme il en faut aux vainqueurs, un faux qui dit la vérité, mais un faux quand mème. Et je n'ai rien contre les faux, surtout quand ils ont l'air aussi vrais, relisez mon billet de l'époque. J'ai retrouvé un article où Faurisson est notamment dénoncé par Daenincxk (!) qui lui-mème s'appuie sur une une théorie fumeuse sur les adolescents "à double écriture", phénomène qui toucherait 15% des ados, et sur l "analyse rigoureuse" du Laboratoire Judiciaire de l'État néerlandais (!). Un truc de plus de 200 pages qui conclut dans une finesse prudente qui est confondante, et là je cite, parce que chaque mot compte, chaque guillemet a du sens (ET TU LIS VRAIMENT cette fois, grosse feignasse !) : " En dépit des corrections et des omissions, le Journal d'Anne Frank [c'est à dire la version publiée du journal] contient bien l'"essence" des écrits d'Anne Frank et qu'il n'y a aucun fondement à partir duquel le terme de "faux" peut être appliqué au travail des éditeurs et des distributeurs du livre. ».

Merci la Hollande. Eh oui, c'est un faux faux, un faux vrai, un vrai faux, on ne sait plus très bien, dailleurs on ne parle mème plus de l'auteure mais du travail des editeurs !

Maintenant, lisez donc ce qu'écrivait l'historien Pierre Vidal-Naquet en 1980 : "Il arrive d'ailleurs à Faurisson et ses collaborateurs d'avoir raison....." (...) "J'ai dit publiquement et je le répète ici que, lorsqu'il montre que le Journal'd'Anne Franck est un texte trafiqué, il n'a peut-être pas raison dans tous les détails, il a certainement raison en gros et une expertise du tribunal de Hambourg vient de montrer qu'effectivement ce texte avait été pour le moins remanié après la guerre, puisque utilisant des stylos à bille qui n'ont fait leur apparition qu'en 1951..."

Vidal-Naquet, d'origine juive, grand historien qui a toujours eu une attitude courageuse dans une époque toujours prompte aux démonstrations de morale vertueuse, a passé sa vie à traquer les impostures et mystifications qui cherchent à masquer ou à déformer la vérité historique. C'est cette même haine de l'histoire officielle qui l'avait poussé à dénoncer la loi Gayssot contre le négationnisme, lui qui a pourtant combattu sans relâche les théories de Robert Faurisson et de ses épigones !

Renseignez-vous mon petit bonhomme avant de bêler avec les loups.

Et ne faites donc pas l'andouille de service en agitant les pantins blafards du négationnisme, fantômes minables d'époques révolues qui permettent de manipuler les foules . Idem les fiches du genéral André, ou les Rosenberg.

Exemple plus simple, jeune scarabée, (j'ai l'impression de donner des cours du soir à un gamin retardé ): Einstein a déclaré un jour que les extraterrestres existaient, que c'était un peuple qui avait quitté laTerre il y a 12 OOO ans (je cite de mémoire). Silence gêné de la communauté scientifique. Evidemment quand on crie au génie sur le père de la relativité, c'est difficile de le traiter d'andouille qui il parle de soucoupes volantes. Et bien non, justement, ce n'est pas difficile, il suffit d'oser. Ce n'est pas parce que Faurisson dit des énormités scandaleuses sur les chambres à gaz, qu'il se trompe necessairement sur tout le reste. Ce n'est pas parce que Pie XII bénissait les avions de Mussolini que ce n'a pas été un grand pape par ailleurs.

En France, il a fallu 40 ans pour que des historiens de tous bords commencent timidement à oser parler du "mythe résistancialiste", théorie forgée par De Gaulle pour justifier des quantités de choses pas nettes.Ce néologisme désigne l’établissement d’un mythe dominant. Toute notre histoire est marquée par cette mythologie de la France résistante, assimilant la Résistance à l'ensemble de la Nation, fausse histoire commémorative forgée de toutes pièces pour des raisons politiques. Il aurait fallu attendre la fin du gaullisme pour en parler ? Non, heureusement, il y eu des courageux dès les années soixante, pour le faire, interdits et censurés bien entendu.

Et on recommence à commémorer en lisant la lettre de Guy Mocquet dans les écoles primaires , commemorer et embrigader. Imaginez (c'est idiot en l'occurence mais admettons, pour la démonstration) que quelqu'un trouve prochainement que la lettre de Guy Mocquet est un faux. Combien de temps croyez-vous qu'il faudra pour qu'on accepte de l'écouter, quelles adjectifs dégradants devra-t'il subir de tous côtés ?

Je fais partie d'une génération qui a prouvé, un peu bruyamment, qu'elle n'avait pas envie d'attendre. Et je continue.

Vous parlez beaucoup de manipulation mais vous restez toujours aussi vague qu'emphatique, c'est commode.ça fait joli au dessus de la cheminée, mais c'est du toc. Jamais d'exemple, jamais de sujet traité, rien que de l'invective et du postillon. Du reste je constate que vous ne répondez sur aucun des sujets que je vous proposais.

Vous savez, Zorn, il a des fois où je me demande si vous avez vraiment quelque chose à dire, mème à des demeurés dans mon genre. "Je ne m'interesse pas assez aux gens..." dites-vous, et on retrouve ça dans pas mal de vos commentaires passés. Evidemment, ça aide pas...

Vous me rappelez l'adolescent prolongé que je fus, boutonneux, prétentieux et prompt à brâmer et à s'extasier devant les penseurs de son temps. Depuis, j'ai appris à regarder mes pieds. Et à ne pas mépriser l'humanité.

Je suis mème resté tellement naïf que je crois encore utile de vous expliquer tout ça, en sachant bien qu'au fond vous ne me lirez pas vraiment et que tout cela est inutile. Vous ne répondez jamais sur rien. Vous récitez en ne cessant de vous paraphraser sans honte. Mème sur la Belgique, sujet que j'avais essayé de lancer dans le style sérieux, et qui devrait vous interesser, vous n'avez eu que des propos bas, caricaturaux, minables, sans fond.

Brillamment superficiel. Oui,je suis déçu. Seuls ceux qui ne s'attendaient à rien ne seront jamais déçus, disait je ne sais qui. Et bien moi j'ai encore cette fraicheur ridicule, ou cette faiblesse, de m'attendre à quelque chose quand je parle à quelqu'un.

Vous êtes immobile.

Yvonnic, arrête de ramer, t'attaques la falaise.

nescio a dit…

@Yvonnic : votre opinion sur Zorn rejoint celle d'autres commentateurs de ce blog qui ont eu à l'"affronter". mais comme je n'aime pas parler sur le dos des absents, je vais m'adresser à lui en direct.
@Zorn : c'est toujours la même rengaine avouez, vous intervenez sur un sujet, le faites dévier parfois fort à propos et en n'oubliant jamais de lâcher l'une ou l'autre provocation dont vous savez qu'elle va immanquablement faire réagir les habitués....puis, lorsque ces derniers vous répondent et vous contredisent, vous leurs répondez en les invectivant et en évitant soigneusement le sujet de leur désaccord. Et parfois, lorsque vous êtes vraiment coincé, vous tombez dans le 'personne ne m'aime, pardon pardon'...Votre persévérance et votre humour vous sauvent souvent (sauf auprès de la gent féminine)...mais je comprend la déception d'Yvonnic (qui est aussi mesuré que moi à votre encontre, reconnaissez-le) : il a beaucoup de mérite vu la peine qu'il s'est donnée à vous répondre systématiquement, civilement, de manière circonstanciée et -ce qui ne gâche rien, c'est un point que vous avez en commun- avec humour.

nescio a dit…

@Yvonnic : j'oubliais : oui en Belgique, le vote est obligatoire. Et vous risquez une amende si vous vous dérobez à cette obligation. Je ne me rappelle pas d'avoir jamais entendu parler de poursuites effectives à l'encontre des contrevenants. Ces dernières années, ce sont plutôt ceux qui se dérobent à une autre 'exigence citoyenne' qui se voient plus sévèrement poursuivis : les assesseurs et autres secrétaires de bureaux de vote qui ne se présentent pas le jour des élections...ou les jurés de cour d'assise qui rechignent à la tâche. Ceux-là : crac dedans!
Et concernant la situation politique : Albert II vient de refuser la démission du gouvernement...on est repartis pour quelques mois encore, mais je ne sais s'il s'agit d'une manière d'amener le divorce en douceur ou si cela témoigne d'une véritable volonté des politiques de poursuivre l'histoire de Belgique...

Anonyme a dit…

Soyons superficiel par profondeur, disait l'autre.

Hum, difficile de garder son calme après une foule de contrariétés et surtout après une séance de prêts interminable. Pour me décontracter, je passe Der Blutharsch, When did wonderland end?, plaisant album d'indus martial autrichien.

Où en étions-nous?

Ah oui... Je me prends les pieds dans le tapis? Moins que vous cher Yvonnic. Primo: je suis cohérent. Je ne vote ni à droite, ni à gauche, puisque je vote blanc. Ne pas se rendre à la mascarade du dimanche matin étant puni par la loi. Ce ne sont plus des urnes électroniques mais des recycleuses. Encore une fois, on ne peut faire confiance aux élections qu'à la condition de les avoir truquées soi-même.

Secundo : là où *vous*, vous vous prenez à votre propre piège (et avec moult explications, je n'en demandais pas autant) c'est lorsque vous affirmez : Faurisson ne dit pas que des bêtises. Eh ben voilà! De Benoist et les autres non plus. Dès lors pourquoi serait-ce un crime de les lire? Dès lors, pourquoi m'intentez-vous un procès en sorcellerie parce que j'ai eu le malheur de citer le nom d'un essayiste, beaucoup plus soft qu'on ne le dit. "Pour moi, il n'y a pas d'homme de trop", déclarait récemment Alain de.

Ensuite, puisque vous abordez le sujet... Personnellement, je suis contre toutes les lois mémorielles, contre toutes les censures, parmi lesquelles la liberticide loi Gayssot, du nom d'un communiste, ce qui ne manque pas de sel, vu les ravages opérés au XXe par cette sympathique idéologie. Néanmoins, je vous rappelle qu'un historien non conformiste vient encore d'être condamné à un an ferme de prison (plus l'amende) simplement pour avoir publié des livres. On peut ne pas soutenir leurs thèses, de là à les traiter comme des malfrats (fouille à corps devant les proches, perquisitions, coups) et à les emprisonner ensuite. C'est gonflé de la part de gens qui se gargarisent de démocratie.

Et encore! Ce n'est que la partie relativement visible de l'iceberg. Le système peut liquider un paquet de personnes, pour preuve *tous les crimes politiques inexpliqués* en Wallonie : Julien Lahaut, tueries du Brabant, Cools, etc. Crimes qu'on met toujours sur le compte d'une extrême droite fantôme, qui n'a aucun poids électoral, aucune représentation syndicale, aucune milice, aucune assise populaire.

A part ça, inutile de me faire un cours sur Vidal-Naquet. Je connais très bien toute la problématique et je vous renvoie à ce que Chomsky disait à propos de la liberté d'expression.

En plus, il faudrait que je m'exprime sur commande, en dissertant sur la liste des sujets du bac que vous me fournirez. Non mais! Je ne suis pas un juke-box! Suffit pas de presser le bouton pour obtenir le disque avec l'étiquette correspondante.

Ensuite, ce blog ne m'appartient pas. J'y interviens juste en tant que témoin direct pour déconstruire les mensonges de l'éducation permanente. Ma foi, il me semble avoir fourni de nombreux arguments, de nombreux exemples auxquels les intervenants ont apparemment répondu en pleurnichant sur la boîte à messages de Nescio (des lâches, des femmes) ou en me traitant de manipulateur (encore des bonnes femmes) ou en criant une fois de plus à l'extrême-droite-qui-n'existe-pas (hiiiiiiii!).

Dès lors, prétendre que je ne réponds pas aux questions relève de la mauvaise foi pure et simple. A moins que vous ne soyez tous bouchés à l'émeri à force de lire Harry Potter. Vous êtes déçus? Qu'espériez-vous? Que j'allais vous prescrire une pommade contre la lobotomie? Vous fournir des listes de noms, des ordres de missions kamikaze. Moi, j'essaie déjà de terminer un premier roman et ce sera déjà pas mal ainsi.

Enfin, Yvonnic soit vous êtes un fieffé roublard, soit un super puceau de la Lune. Pourquoi, en admettant que j'aie les opinions que vous me prêtez, pourquoi voudriez-vous que je m'exprime sur des sujets aussi sensibles? Pour que la police de la pensée me colle un procès? Pour mieux pouvoir me disqualifier ensuite? Je suis peut-être ZORN mais je ne suis pas con.

Quant à l'humour... Ah ne me parlez surtout pas d'auto-dérision, ni de François Ripette l'humaniste lèche-botte royal. Aucun rapport avec l'humour... Ca, c'est juste de la complaisance.

Non, l'humour c'est comme le tétanos, il faut une blessure pour l'attraper.

Zorn

Anonyme a dit…

Non, l'humour (à ne pas confondre avec l'ironie qui s'exerce principalement à l'égard des autres ), c'est bien le sens de l'auto-dérision. Ce qui suppose à priori une certaine capacité à se remettre en cause et à ne pas se prendre au sérieux. Ce qui ne semble pas être votre cas.

Anonyme a dit…

T'as raison l'aveugle, mange des frites.

Zorn Vroum Vroum (auto-dérision)

Macabre marc polo a dit…

Sauvez/protéger son couple , annulé une rupture/séparation


Bonsoir a tous
Je me présente Lucette FERRES,
J'avais des problèmes de couple avec mon mari car je n'arrivais pas a faire d'enfants après 16 ans de vie commune avec mon homme et il m'a laissé et a demandé le divorce .Un soir sur le net j'ai vu les coordonnées de ce Mr que je vais vous présenté par la suite qui m'a rapidement faire revenir mon homme et avec ces médicament traditionnels j'ai maintenant 2 merveilleuses filles et un garçon avec mon homme .
Cet homme grâce auquel ma vie a repris son sens s'appel Maître Gbedekpogbe Médium, Voyant, ... sérieux, il vous aide à résoudre tous les problèmes auxquels vous ne trouvez pas de solution.
Remarquable spécialiste du retour de lêtre aimé, il vous fait revenir définitivement lélu de votre cur
Domaine de L'amour Sentimental :
Le Retour Affectif - Le Retour D'Affection
Amour Perdu , Récupérer son Ex - lÊtre Aimé - lÂme Sur , Se faire Aimé d'une Personne , Attirer une Personne (Homme/Femme) par un Sortilège d'amour ou Sort ,
L'Envoûtement Amoureux/, Blocages Sentiments Amoureux Perdu , Sauvez/Protéger Son Couple , Annulé une Rupture/Séparation ,
Éloignement Rivalité/Jalousie ; Fidélité.
Je vous laisse son contact:

mail: maraboutpuissant2014@outlook.fr