10 janvier 2007

Menteur

Tu t'es inscrit en novembre. J'aurais bien parié que tu n'allais pas pouvoir t'adapter aux horaires et aux délais. A ce stade, je suis capable -avec une marge d'erreur à définir scientifiquement par d'autres plus malins que moi, mais je la sais très limitée- de deviner qui va poser des problèmes. Ca me désole, mais j'avais raison. Un mois de retard, sans compter les congés. Ce n'est que ta deuxième visite, je pourrais me montrer coulant, mais non, un je-ne-sais quoi me pousse au contraire à être intransigeant. Appelons ça le feeling bibliothéconomique. C'est pour ton bien finalement, sinon, tu vas prendre de sales habitudes. Pénalité financière donc. Plus trois coups de latte imaginaires pour t'apprendre à être si conforme à l'image que tu donnes. Pas vexé, tu payes presque de bon coeur. Plus tard, comme je t'espionnais dans les rayons, je t'ai entendu converser avec une des assidues du lieu. Vous assuriez les grands classiques :
Toi : 'Et vous, vous lisez quel genre de livres?'
Elle : 'Beaucoup de policiers...heureusement qu'il y a la bibliothèque, sinon, avec tout ce que je lis, ça me coûterait cher'.
Toi : 'Ah bon, et vous venez si souvent que ça? '
Elle, se sous-estimant honnêtement : 'Ah ben, tous les mois au moins, parfois plus...et vous?'
Toi, triste vantard : 'Toutes les semaines!'

4 commentaires:

Sophie a dit…

Décidément j'aime vraiment bien votre blog...

nescio a dit…

Merci!

Anonyme a dit…

si j'en crois une assez longue expérience ( première fiche de prêt " Heure joyeuse" en avril 1940 et ensuite lectrice ou bibliothécaires dans cinq ou six bibliothèques universitaires et nationales, trois Centres culturels français de l'étranger, une bonne douzaine de bibliothèques publiques et une bibliothèque de Comité d'entreprise, les "sanctions financières" sont d'une efficacité nettement inférieures aux suspensions temporaires.
Il est vrai que celles ci font peut être perdre un peu plus d'inscrits, après une sanction financière on se dépèche de réemprunter ( pour en avoir pour son argent) après une suspension, fut elle de peu de jours, on peut trouver d'autres solutions.
On perd donc des inscrits, mais perd t on des prêts, car si on perd un inscrit qui ne rendait les livres empruntés qu'au bout de trois ou quatre mois.... est ce une perte bien grave.
En outre, comme toutes les sanctions financières elles sont fondamentalement injuste puisque représentant une part minime ou importante des ressources de "l'amendé".
vaste sujet

nescio a dit…

"après une sanction financière on se dépèche de réemprunter ( pour en avoir pour son argent)" : chez moi, c'est l'inverse : certains lecteurs sont comme 'refroidis' par l'amende et repartent sans emprunter, sur l'air de 'puisque c'est comme ça, je ne prends plus rien, na!'

"On perd donc des inscrits, mais perd t on des prêts, car si on perd un inscrit qui ne rendait les livres empruntés qu'au bout de trois ou quatre mois.... est ce une perte bien grave." : tout-à-fait d'accord avec vous!!!

Vaste sujet effectivement : je découvre de nouveaux points de vue à chaque discussion sur ce thème avec des confrères...